The Revenge of the Common Place

Une triple histoire d'appropriation et d'illusion au nom de la boîte Brillo et certaines autres histoires concernant des copies et des originaux

FRANCIS ALŸS, SONG DONG et RINUS VAN DE VELDE

Organisé par Hans Maria De Wolf
Palazzo Nani Mocenigo – Dordoduro 960, 30123 Venezia
9 mai – 31 juillet 2015

Les artistes Francis Alÿs, Song Dong et Rinus van der Velde ont été sélectionnés par l'organisateur Hans De Wolf pour représenter le Ministère de la Communauté flamande.

De Wolf a mis au point une exposition controversée et humoristique, structurée autour de certains des malentendus les plus fondamentaux entre la tradition occidentale et l'Extrême Orient. Traditionnellement, en Occident, l'idée du droit d'auteur a toujours été extrêmement protégée et liée à la notion de génie. Aujourd'hui, beaucoup d'artistes avant-gardistes ont transcendé ces idées, une tendance qui a peut-être commencé avec Duchamp. Ce qui n'est pas encore clair, c'est la question de savoir si nous avons déjà accepté toutes les conséquences possibles de cette nouvelle situation, une question qui est devenue d'autant plus évidente depuis qu'un petit nouveau a fait son entrée en scène : l'artiste chinois.

En partant des célèbres boîtes Brillo d'Andy Warhol, cette exposition conduira le spectateur dans une nouvelle ambiance, dans laquelle le statut de l'oeuvre d'art en tant qu'objet devient incertain tout en signalant que nous en sommes peut-être arrivés à une « ère post-objet ». Cette situation actuelle sera abordée de front par une nouvelle œuvre du peintre Rinus Van de Velde, tandis que l'exposition dans son intégralité sera considérablement enrichie par une nouvelle installation de Song Donc et une vidéo de Francis Alÿs.

Remarques des éditeurs

Remettre l'original en question
Dès leur première apparition à New York en 1964, les boîtes Brillo d'Andy Warhol sont devenues des emblèmes d'un nouveau type de monde, dans lequel l'art et la culture populaire n'étaient plus séparés. Le pop art est devenu le langage visuel dominant de cette période et, bien que l'ensemble du mouvement trouve ses racines dans la critique sociale et le scepticisme à l'égard du consumérisme moderne, aucun artiste impliqué n'empêcherait ses œuvres de devenir des objets chéris d'un monde artistique désormais marqué par une 'insoutenable légèreté de l’ « être » par rapport aux périodes précédentes.
Arthur Danto a proclamé ce moment sensationnel comme étant la fin de la domination des élites culturelles, un moment qui a marqué la renaissance de la philosophie hors du « lieu commun » dont la boîte Brillo était l'expression ultime. Tandis que ces idées étaient intégrées aux systèmes éducatifs américains et au-delà, les personnes qui croyaient en la vision de Danto ont fermé les yeux sur les activités d'un nombre de personnes (en Chine, par exemple) qui opéraient dans l'ombre de ce magnifique nouveau monde artistique.
Lorsque le monde a finalement découvert les histoires de contrefaçons et son commerce et lorsque l'organisateur De Wolf a voulu les introduire dans une exposition qu'il préparait à Pékin, il a rapidement réalisé qu'à l'heure actuelle, les Chinois adorent tout simplement l'idée de la copie. Cet été, De Wolf présentera un certain nombre d'objets qui ne sont pas des oeuvres d'art, qui ne sont pas non plus ni des copies, ni des reproductions, ni des interprétations, non plus qu'une édition. Les objets qui doivent être présentés lors de cette exposition permettent au peintre Rinus van der Velde de se réconcilier avec toute cette histoire et de faire qu'une peinture soit juste une peinture. Pas une contrefaçon.
Depuis que toute cette idée est née en Chine, un univers qui doit se réconcilier avec lui-même, avec son histoire récente (dans l'art) et sa propre appréciation unique de la copie en tant que compliment ultime pouvant être fait à l'égard d'un original, Song Dong a été invité à refléter ces idées dans une nouvelle installation. Francis Alÿs complètera l'exposition. Basé à Mexico City, Alÿs a déjà remis en question depuis de nombreuses années l'héritage de « l'original » en tant que format. Sa contribution achèvera l'exposition avec la notion de violence : probablement l'expression la plus ancienne de la copie en tant que forme de narcissisme.

M. Hans De Wolf, 1961 - Vit et travaille à Bruxelles, Belgique
Hans De Wolf est un historien de l'art qui se concentre principalement sur l'art, la philosophie et l'esthétique modernes et contemporains. En 2009, De Wolf a été chargé par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale de créer un premier projet d'exposition pour Shanghai 2010. Plusieurs autres projets suivraient, tous introduisant certains des artistes belges les plus en vue dans des villes comme Pékin, Hangzhou, Seoul, Gwangju et Chengdu. Au fil des ans, une méthodologie unique a été développée, pouvant être comprise comme l’imbrication de la diplomatie culturelle et académique, où les projets d'exposition deviennent la force motrice d'un échange intensif incluant des universités locales et des écoles d'art. Plus récemment, en octobre 2014, De Wolf a organisé l'exposition ‘Master Mould and Copy Room’ au musée de l'Académie centrale des Beaux-Arts (Central Academy of Fine Arts ou CAFA) de Pékin.

M. Francis Alÿs, 1959 - Vit et travaille à Mexico City, Mexique
Les œuvres de Francis Alÿs sont principalement constituées de performances, de vidéos, de dessins, de peintures et de sculptures, qu'il crée et développe dans différentes villes telles que New York, Londres, Lima et Jerusalem. Alÿs décrit le contexte de ces activités artistiques comme étant « politique » mais au sens grec du mot « polis » : la ville comme un lieu de prise de conscience et de conflit. Avec des actions simples, ironiques et franches, il étudie l'influence de l'art sur la vie dans la ville.

M. Song Dong, 1966 - Vit et travaille à Pékin, Chine
Song Dong a été à la tête du mouvement d'art de l'action avant-gardiste en Chine et il est devenu un important artiste conceptuel dans le développement de l'art contemporain chinois. Les formes artistiques des oeuvres de Song couvrent des domaines tels que les actions, les images et la sculpture, etc. Ses œuvres se situent souvent entre modernité et tradition, entre art et vie. Elles explorent souvent le caractère éphémère des comportements humains et la relation entre la mémoire humaine d'une part et l'histoire, le sentiment, la conscience de soi et le monde extérieur d'autre part.

M. Rinus Van de Velde, 1983 - Vit et travaille à Anvers, Belgique
Le récent travail de l'artiste anversois Rinus Van de Velde est basé sur un processus documentaire obsessionnel, dans le cadre duquel l'artiste travaille avec des archives d'images photographiques utilisées en tant qu'éléments de base d'une série de dessins au charbon. Ces dessins ne contiennent aucune essence donnée, aucune structure de l'image mais ils sont produits en raison de l'effet du dessin lui-même. Van de Velde occupe le matériau afin de raconter une nouvelle histoire.

Pour plus d'informations, contactez
Rhiannon Pickles, Pickles PR


Organisme organisateur :
Vrije Universiteit Brussel (VUB)
Boulevard de la Plaine 2,
1050 Bruxelles, Belgique
Belgique http://www.vub.ac.be/

En association avec :                                        
Musée d'Art contemporain d'Anvers (M HKA)
Leuvenstraat 32,
2000 Anvers, Belgique
http://www.muhka.be/

Mandaté par :
Ministère de la Communauté flamande Arts et Patrimoine
rue d'Arenberg 9,
1000 Bruxelles, Belgique
http://www.kunstenenerfgoed.be