COMMAND-ALTERNATIVE-ESCAPE

Spazio Thetis Gardens, Castello 2737, 30122 Venice
Vaporetto: Bacini
6 > 13 mei 2017

Peter de Cupere est certainement le plus innovateur artiste olfactif de notre époque. Ses œuvres précédents ont suscités les réfugiés à faire face aux traumatismes enfouies tout en ressentant des parfums qui font revenir de mauvais souvenirs; A provoqué des intimités éloignées en exposant le public à des saveurs sexuelles d'autres étrangers; Et a tenté les spectateurs de galeries avec des installations sculpturales poétiques qui les amènent dans des atmosphères remplies des dégagements olfactifs de la pollution. De Cupere donne des conférences à l'école des arts PXL-MAD à Hasselt où il a cofondé un programme de diplôme de master au laboratoire Art Sense(s) qui attire des étudiants du monde entier.

Ce mai à Venise, certaines fleurs dans les jardins Spazio Thetis d'Arsenale font partie du poème olfactif de De Cupere. Touché par l'impact abusif que l'industrie moderne et les formes de vie contemporaines ont sur la pureté de la nature - un lieu de réconfort et de répit pour De Cupere comme beaucoup d'autres - l'artiste a réussi à invoquer de vraies fleurs pour régurgiter les fumées de la pollution industrielle.

Similairement à d’autres travaux de De Cupere cet œuvre est attrayant. Des fleurs précieuses et délicates émettent des bouffées de fumée qui ressemblent au côté brûlant d'une cigarette. Lorsque le spectateur courageux et curieux se rapproche pour observer de ce qui ressemble à des fleurs surréalistes - il entre en contact avec les fumées épaisses que ces fleurs dégagent. Ce qui est une pièce délicate et profondément poétique aussi pue l'urgence. 

Christine Macel, curatrice de la 57ème Biennale d'art intitulée Viva Arte Viva, écrit: «Le rôle, la voix et la responsabilité de l'artiste sont plus cruciales que jamais dans le cadre des débats contemporains. C'est grace à  ces initiatives individuelles et dans leur noyau que le monde de demain prend forme, qui, bien que sûrement incertain, est souvent mieux senti par des artistes que d'autres. »

Le poème de De Cupere qui fait bouger tous les sens et chatouille la curiosité du spectateur accomplit tout cela. Fleurs de Fumée soulève une réponse beaucoup plus viscérale et émotive à ce qui est maintenant une compréhension presque universelle de la dégradation environnementale que les statistiques habituels. J'hésite à nommer  la pièce de De Cupere surréaliste, par le biais de sa licence poétique, ne fait qu’éclaircir une facette de la réalité qui est rarement observée de façon contiguë.

Natasha Pradh

www.peterdecupere.net